ACCUEIL NOS PARTENAIRES EDITIONS PRECEDENTES
 
Le festival Le comité Presse CONTACT                    
Festival National de la Création Féminine  

Le mot de la commissaire

Le mot de madame Hamida Agsous commissaire du festival
Le programme

> EXPOSITIONS
d'Orge et de blé
Arts de la table

> Conférences
> Animations
> Concours
< Programme général
Revue de presse
Photothèque

La galerie photos du festival

Vidéothèque

Les vidéos du festival 2014



Les animations

ANIMATIONS DE LA CINQUIEME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DE LA CREATION FEMININE

PANORAMA GASTRONOMIQUE ET DEGUSTATION
Samedi 07 juin


Parties d’une graine, depuis des millénaires les algériennes créent et innovent pour nous offrir dans leur grande générosité un monde gustatif sans limites. A travers plus d’une vingtaine de plats représentatifs de toutes les régions du pays, le Festival invite au voyage dans un univers d’orge et de blé tout en saveurs.


TOUIZA
La solidarité dans la joie - Lundi 09 juin


De tous les temps et dans toutes les régions du pays, la préparation de la graine fait l’objet d’un effort partagé. Organisée par les femmes, cette Touiza dans laquelle chacune trouve naturellement sa place, est rythmée par de nombreux chants inscrits dans nos us et coutumes qui en font des moments de grande solidarité et de partage. Sur la terrasse rouge enchanteresse du Palais des Raïs et avec la complicité des participantes au Festival, toute la magie liée au rituel du roulage de la graine vous sera offert dans une reconstitution vivante


HOURIA AÏCHI CHANTE GHENAYATE
La diva des Aurès rend hommage aux grandes dames de la chanson algérienne qui l’ont précédée - Mercredi 11 Juin


Ghenayate est venu un peu par surprise dans le parcours de Houria Aïchi, jusque-là concentrée sur la musique de l’Aurès. Dans ce spectacle devenu ensuite un disque, la diva a décidé d’aborder aujourd’hui la musique de l’Algérie dans son ensemble, en reprenant des chansons célèbres de grandes interprètes qui l’ont précédée : Fadila Dziria, Chérifa, Zoulikha, Djura, Fadela d’Oran, Meriem Fekkaï, Aïcha Lebgaâ, Rimitti, Beggar Hadda et Saloua. Une seule chanson de l’album n’est pas «signée» : Aldjia – qui est un hommage aux chanteuses anonymes, à la tradition populaire sahraouie des chants de femmes collectifs a cappella – un retour à la noblesse rugueuse des chants du quotidien de son enfance, qui fait le lien avec la vie souvent difficile de ses aînées. À travers elles, Houria Aïchi a voulu, de sa voix forte et généreuse, rendre hommage aux femmes d’Algérie de toutes les générations. «Le plus important dans ces chansons, c’est le texte. L’interprétation n’est pas abstraite ou purement esthétique, elle est une expression du sens. Ce qui m’intéresse dans ce travail est ce que je mets dans le texte, la manière dont je le reçois et le ressens, puis la manière dont je le transcris et le transmets.» « Un processus de création autant que de plaisir, un processus de liberté autant que de respect…» Pour ce voyage dans ce patrimoine d’aujourd’hui, Houria s’est entourée d’un orchestre algérien emmené par Mohammed, «P’tit Moh» Abdennour (mandole & oûd), qui a également signé les arrangements avec Smail Benhouhou (piano), Ali Bensadoun (ney & gasba) et Amar Chaoui (percussions).



Copyright © 2010 - 2014 Festival National de la Création Féminine Algérie
Tous droits Réservés 
Conception, Réalisation & Référencement
bsa Développement